1 an en freelance 🎉 : mon bilan

1 an en freelance 🎉 : mon bilan

Vous l’avez sans doute vu sur mes réseaux sociaux : mercredi dernier, je fêtais mes un an d’entrepreneuriat 😁 !
L’occasion de faire un bilan de ces un an en tant que freelance, les victoires et les apprentissages.

C’est parti !

Mais cet article est génial ! Sauvegardez l’image si dessous dans Pinterest pour le retrouver plus facilement la prochaine fois !

Bilan : un an en freelance

Les réussites de cette première année d’entrepreneuriat

Vers l’infini et au-delà 🚀
Eh bien avant tout, ma première réussite de ce bilan « un an en freelance », c’est de m’être immatriculée au régime des micro-entreprises (auto-entrepreneurs si vous préférez) !
Beaucoup « souhaitent » être entrepreneur, et de plus en plus le font mais ça demande un peu de courage pour se lancer (true story, je n’arrêtais pas de repousser mon immatriculation comme si c’était une montagne, c’est en fait très facile 🤗).

Le travail apporte la satisfaction 🤝
Pour les entrepreneurs qui lisent ces lignes, après s’être lancé, il faut trouver des clients. Et c’est généralement là qu’il refait surface. Mais c’est qui « il » 🤔 ? Le syndrome de l’imposteur pardi !
On l’a déjà connu pendant qu’on montait notre projet mais on avait réussi à l’enfermer dans le placard. Et il revient quand il faut trouver ses premiers clients. Et il faut réussir à le faire partir (ce qui n’est pas chose aisée 😓) mais il vient de moins en moins me voir.
Pour ma part, je déteste la prospection, mais j’ai quand même réussi à trouver des clients et surtout, avoir des clients satisfaits ! C’est le plus important et ça fait un petit booster de confiance en soi.

un an freelance

De la diversité pour ne pas s’ennuyer 🤸🏼
Une des raisons pour lesquelles je n’ai pas voulu me spécialiser dans un métier spécifique de la communication c’est que j’aime être polyvalente. Varier ses missions, c’est pour moi très important et c’est aussi une des raisons pour lesquelles je me suis lancée en tant que freelance.
Au cours de cette année, j’ai effectué des missions portant sur la stratégie de communication globale, du graphisme, du community management, de la gestion de site web…
Une seule constante : des clients entrepreneurs ou PME ayant conscience de l’importance de la communication 🙌🏼.

Vers l’infini et au-delà bis 🛰
Forcément, on est un peu obligés de parler stratégie et gestion…
Mes objectifs (stratégiques et financiers) pour 2020 sont déjà bien engagés, et l’été sera l’occasion de les revoir à la hausse 💪🏼 !

Les apprentissages de l’année passée

Tout n’est pas tout beau et tout rose dans la vie d’un freelance, loin de là ! Il y a forcément des échecs (je préfère apprentissages) dont il faut se relever et en tirer les leçons.

Pourquoi se justifier ? 🧐
Le premier apprentissage concerne les tarifs. Pour ceux qui me suivent sur Instagram et LinkedIn, il y a quelques semaines, j’ai évoqué le sujet des tarifs et notamment le fait de ne pas proposer de tarifs trop bas.
Lors de mes premiers devis, je justifiais mes prix en détaillant BEAUCOUP TROP ce que je faisais pendant la mission. Coucou le syndrome de l’imposteur (oui encore lui !). Au final, c’est se desservir plus qu’autre chose car le client calcule ensuite tout le temps passé et si il souhaite tirer les prix vers le bas, vous êtes coincés. J’ai vite arrêté, un devis m’a suffit 😂 !

L’intuition, une petite voix qui a du sens 💁🏼‍♀️
Clairement, l’intuition aide beaucoup quand on est entrepreneur ! Elle m’a servi plus d’une fois cette année.
Par exemple ne pas prendre une mission car on sent qu’on va s’enliser dans une mauvaise relation client. Demander un devis signé pour avoir une preuve que la prestation est bien acceptée par le client (qui ensuite ne paye pas sa facture en temps et en heure). Travailler avec ou recommander un freelance plutôt qu’un autre.
Je continuerai de l’écouter cette année car elle s’est révélée juste à maintes reprises.

bilan année freelancing

I say no, no, no 🎼
Apprendre à dire non. Ça c’est encore un apprentissage en cours 🤗 ! C’est toujours compliqué de dire non à des missions, mais quand on est déjà full, on évite de se surcharger (personnellement, je ne me suis pas mise à mon compte pour faire 80 heures/semaine). Dans ces cas là, je m’arrange pour renvoyer vers un autre freelance : le client a quand même une solution !
Autre cas où je dis non (mais là avec beaucoup plus de facilité), c’est quand on me propose des projets « non rémunérés » : non, je ne fais pas de bénévolat (ni de logo à 100€) 🙅🏼‍♀️.

Le bilan d’un an en tant que freelance

Cette année de lancement aura été riche en émotions ! Ceux qui sont freelances, entrepreneurs et dirigeants d’entreprise me comprendront sans doute. Être entrepreneur, c’est s’habituer à faire des montagnes russes tous les jours (« je vais y arriver 🤩 »/ »c’est impossiiiiiible 😭 »). Mais plus on avance dans l’aventure, plus on anticipe ces moments de « down », pour les contrer plus rapidement.

Je suis heureuse d’avoir pu sortir de ma zone de confort et d’être libre : libre d’organiser mes journées comme je veux, de travailler d’où je veux et avec les clients que je choisi, avec qui je partage la même vision du travail et des valeurs communes. D’ailleurs, si certains de mes clients lisent cet article, merci de me faire confiance 🥰 !

bilan freelance

En plus de clients géniaux, j’ai aussi rencontré des personnes extraordinaires, inspirantes et motivantes dans les nombreux before ou afterworks faits, les conférences, les ateliers, etc…
Certains sont même devenus des « business buddies » (des copains d’entrepreneuriat) : on se soutient et on s’entre-aide et c’est vraiment une partie géniale du métier de freelance.

Au final, vous n’êtes jamais seul.

Crédit photo :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *